En attendant…Renaud Jay

En attendant…Renaud Jay

Aujourd’hui, cap toujours sur les sports d’hiver et aujourd’hui avec un fondeur. Il fait partie des futurs avenirs du ski français et représente un espoir pour la discipline. Il se nomme Renaud Jay, il a 25 ans et il répond à nos questions !  Découvrez ce coureur à travers un document qui lui est consacré.

Portrait

Nom : Jay

Prénom : Renaud

Âge : 25 ans

Région : Savoie

Classement mondial : 77ème avec 32 pts (Janvier 2017)

Meilleur classement mondial : 58ème en 2015

Meilleure performance individuelle : 4ème à Planica (ITA, Janvier 2016)

Podiums en carrière : 1 (par équipe avec Baptiste Gros à Planica en 2016)

Deuxième partie du document, un entretien avec Renaud sur des sujets comme ses ambitions et son état d’esprit actuel.

Bonjour Renaud, merci d’avoir accepté notre invitation

Si tu devais te décrire en quelques mots…

Renaud : En quelques mots, je dirais que je suis plutôt travailleur et déterminé, mais parfois trop exigeant ce qui me met vite de mauvaise humeur quand tout ne se passe pas comme prévu !

Quelle est à ce jour la course la plus folle que tu as couru et pourquoi ?

Renaud : La course la plus folle que j’ai couru à ce jour est peut être le sprint de Drammen, en ville, avec des milliers de norvégiens aux balcons ! Cette course ne m’a jamais réussi mais on sent toute la ferveur dans ce pays du ski de fond !

Tu es actuellement blessé au genou, comment abordes-tu ta guérison et ta rééducation ?

Renaud : Je passe un mois de Janvier compliqué. J’avais misé beaucoup sur le week-end de Dobbiaco (italie) qui ressemblait à celui de Planica (slovénie) de la saison dernière, où j’avais pris une 4eme et une 2eme place. Malheureusement, ma blessure la veille du sprint m’a empêché de courir… J’ai souffert de plusieurs contusions au genou gauche et j’ai également dû faire une impasse sur les championnats de France de sprint ainsi que sur Falun (suède)! Je suis évidemment déçu car ce n’est pas la saison que j’imaginais mais je vais devoir me remobiliser et guérir mon genou pour être à 100% pour l’étape d’Otepää (estonie) et surtout pour les mondiaux de Lathi (finlande) !

2.jpg

Penses-tu avoir le niveau à court terme de viser un classement au général ou privilégies-tu plus le résultat courses par course ?

Renaud : Je pense avoir progressé cette année malgré mes problèmes de genou récurrents. Notamment en Classic ou j’ai eu un déclic et je pense maintenant pouvoir jouer aussi sur des sprints Classic ce qui me faisait défaut auparavant. Je vois donc désormais l’objectif Pyongchang 2018 plus concret! Pour ce qui est du classement général, ce qu’il me manquait c’était de marquer des points en Classic. Pour cette saison, je peux déjà dire adieu au classement général mais j’espère pouvoir mieux figurer les prochaines saisons !

Au niveau de tes statistiques, il est avéré que ta spécialité est le sprint. Est-ce le cas selon toi et que trouves-tu de bien dans cette épreuve spécifique ?

Renaud : Oui c’est évident, je suis spécialiste du sprint. De plus en plus, les athlètes se spécialisent dedans car le sprint et la distance sont des épreuves totalement différentes. Je n’ai pas les qualités pour jouer sur les deux tableaux en Coupe du Monde mais j’apprécie quand même le fait de participer à des courses de distance !

3.jpg

« L’objectif Pyongchang 2018 plus concret ! »

Est-ce que dans quelques années, l’équipe de France de ski de fond ne risque pas de régresser avec les pertes inévitables de coureurs comme Jean-Marc Gaillard ?

Renaud : Non je ne pense pas que le changement de générations fera diminuer le niveau de l’équipe. Les anciens nous ont donné envie de faire du ski de fond et de nombreux jeunes nous poussent déjà à la porte ! On voit cette année l’éclosion de Clément Parisse, Lucas Chanavat et bien d’autres !

1 an avant les Jeux de Pyoncheang, à ce stade de la saison, as-tu les capacités pour y aller ?

Renaud : Honnêtement non. Je ne sais pas vraiment où j’en suis… J’aurais dû aller sur l’étape pré-olympique de Pyongchang mais avec ma blessure, c’est fortement compromis. Je pense avoir progressé en classique mais il faudra voir la saison prochaine comme il n’y a plus de sprint classique pour moi cette saison.

4.jpg

Quel serait ton rêve ?

Renaud : Mon rêve serait d’obtenir une médaille à Lathi cette année !

Comment vois-tu la suite de ta carrière ?

Renaud : Pour la suite de ma carrière, je ne me projette pas trop et je prends chaque événement et compétition uns à uns.

Merci Renaud de nous avoir consacré du temps. A très bientôt !

Crédits photos : Renaud Jay

Les Reporters Incrédules – 29 Janvier

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s